Vivre en des temps intéressants

PDF icon
Éditorial
Septembre 2020 TOC icon
Éditorial
Septembre 2020 (tome 52, no. 4)

Picture of Robert Dawson

Au moment où j’écris le présent texte, nous sommes fin juillet et cette semaine j’enseigne en personne.

Le cours ne dure qu’un matin et ne porte pas sur les mathématiques. C’est un cours de création pour les jeunes adolescent.e.s. Oui, j’écris de la fiction dans mon temps libre. Il y aura seulement une demi-douzaine d’élèves espacé.e.s dans une grande salle. Je vais tout de même en profiter au maximum, car, qui sait, cela peut être ma dernière chance d’être en présence d’étudiant.e.s pour bien longtemps.

Environ deux-cents étudiant.e.s se sont inscrit.e.s à mon cours de calcul de première année pour septembre. Plusieurs de ces étudiant.e.s viennent de l’extérieur de la province, voire même du pays. Il n’y a pas de moyens de répondre aux exigences de distanciation sociale avec un si grand nombre d’étudiant.e.s dans une salle de classe. Pour certain.e.s de mes étudiant.e.s il n’y a pas non plus de moyens sécuritaires de se rendre en Nouvelle-Écosse pour assister au cours. Il faudra donc donner ce cours à distance. Je ne retiendrai pas mon souffle pour les cours d’hiver non plus.

Comme bien d’autres universités, Saint Mary’s University a aussi offert des cours d’été qui sont en grande partie donnés par les chargé.e de cours. En conséquence, bon nombre de nos professeur.e.s à temps partiel auront donné deux cours complets et leurs laboratoires ou leurs groupes de discussion en ligne d’ici septembre, tandis que les professeur.e.s à temps plein n’auront fait que terminer une version abrégée de leurs cours d’hiver. Cela fait en sorte que les gens comme moi et mes collègues à temps plein doivent apprendre (si nous sommes sages) de l’expérience des professeur.e.s à temps partiel. Ce sera une expérience en humilité. Les assistant.e.s intelligent.e.s d’enseignement ont toujours su que les chargé.e.s de cours sont des spécialistes des cours de première et deuxième années et ont toujours été bien attenti.f.ve.s au conseil qui leur est gracieusement offert par ces enseignant.e.s, de la même manière que les subalternes qui veulent bien apprendre leur métier suivent les conseils des sous-officiers. Cet été, toutefois, c’est moi qui dois écouter attentivement les conseils des professeur.e.s à temps partiel et même des doctorant.e.s pour qui j’ai écrit tout récemment des lettres de recommandation. Ils et elles ont déjà eu une expérience que je n’ai pas encore vécue.

À ceux et celles qui s’apprêtent à la même expérience je souhaite bonne chance. Merci de bien apprécier les chargé.e de cours de votre département. Ils et elles méritent votre appréciation maintenant plus que jamais.

Et aux chargé.e.s de cours qui lisent ce texte : merci!

Untitled-2-fr
Envoyer un courriel à l’auteur(e) : rjmdawson@gmail.com
social sharing icon
PDF icon
printer icon